Les chemins de pèlerinage

L’ensemble du territoire est parcouru par le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

L’évêque du Puy Godescalc (10e siècle) aurait été le premier pèlerin attesté à se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle, ville dont le pèlerinage devient rapidement l’un des plus renommés de la chrétienté, après ceux de Jérusalem et de Rome. Quatre itinéraires principaux permettent de se rendre à Saint-Jacques depuis le royaume de France. La via podiensis part du Puy, dont la Vierge noire et le rocher Saint-Michel font eux-mêmes l’objet d’importants pèlerinages.

Saint Jacques, œuvre du sculpteur Dominique Kaeppelin, porche de la cathédrale du Puy © L. Olivier

Tombé en désuétude dès la fin de l’époque moderne, le pèlerinage à saint Jacques a été remis en vigueur depuis quelques décennies avec grand succès. Les chemins de Saint-Jacques sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998 et constituent l’un des Itinéraires culturels européens du Conseil de l’Europe depuis 1987.
Le pèlerinage à saint Gilles se développe au 10e siècle. Des reliques du saint sont déposées au prieuré de Chamalières-sur-Loire, situé sur la voie Cluny-Le Puy du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les pèlerins vénèrent également le saint dans l’une des chapelles de la cathédrale du Puy. Ils poursuivent ensuite leur route vers le tombeau du saint à Saint-Gilles-du-Gard par la voie Régordane.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×